La révélation des secrets de l’univers par la tablette d’émeraude

On dit que la tablette d’émeraude est une tablette de pierre verte ou émeraude avec les secrets de l’univers. L’origine de la tablette d’émeraude n’est pas claire, c’est pourquoi elle est entourée de légendes.

La légende la plus courante affirme que la tablette a été retrouvée dans une tombe creusée sous la statue d’Hermès à Tyane, serrée dans les mains du cadavre d’Hermès Trismégiste lui-même. Une autre légende suggère qu’il était le troisième fils d’Adam et Eve, Seth, qui l’a écrit à l’origine.

D’autres pensaient que la tablette se trouvait autrefois à l’intérieur de l’Arche d’Alliance. Certains prétendent même que la source originale de la tablette d’émeraude n’est autre que la cité légendaire d’Atlantis.

Bien que diverses affirmations aient été faites sur les origines de la tablette d’émeraude, aucune preuve vérifiable n’a été trouvée pour les étayer jusqu’à présent.

La plus ancienne source documentée du texte de la tablette d’émeraude est le Kitab sirr al-haliqi (Livre du secret de la création et de l’art de la nature), qui était lui-même un composite d’œuvres antérieures.

Il s’agit d’une œuvre arabe écrite au 8ème siècle après JC, et attribuée à un certain ‘Balinas’, ou Pseudo-Apolonius de Tyane.

C’est Balinas qui nous raconte comment il a découvert la tablette d’émeraude dans la tombe. Sur la base de cette œuvre arabe, certains pensent que la tablette d’émeraude était une œuvre arabe écrite entre le 6ème et le 8ème siècle avant JC, plutôt qu’un travail des temps anciens, comme beaucoup l’ont affirmé.

Alors que Balinas affirmait que la tablette d’émeraude avait été écrite à l’origine en grec, le document original qu’il était censé posséder n’existe plus, s’il l’a jamais existé.

Cependant, le texte lui-même est rapidement devenu connu et a été traduit par diverses personnes au cours des siècles.

Par exemple, une première version de la tablette d’émeraude est également apparue dans un ouvrage appelé Kitab Ustuqus al-Uss al-Thani (Second Book of the Foundation Elements), qui est attribué à Jabir ibn Hayyan.

Cependant, il faudra encore plusieurs siècles avant que le texte ne soit accessible aux Européens. Au 12ème siècle après JC, la tablette d’émeraude a été traduite en latin par Hugo von Santalla.

La tablette d’émeraude deviendra l’un des piliers de l’alchimie occidentale.

C’était un texte très influent dans l’alchimie médiévale et de la Renaissance, et l’est probablement encore aujourd’hui. Outre les traductions de la tablette d’émeraude, de nombreux commentaires ont été écrits sur son contenu.

Par exemple, une traduction d’Isaac Newton a été découverte parmi ses papiers alchimiques. Cette traduction se trouve actuellement à la King’s College Bookshop de l’Université de Cambridge.

Parmi les autres chercheurs notables de la tablette d’émeraude figurent Roger Bacon, Albertus Magnus, John Dee et Aleister Crowley.

L’interprétation du texte de la tablette d’émeraude n’est pas une question directe, puisqu’il s’agit après tout d’un texte ésotérique. Par exemple, une interprétation suggère que le texte décrit sept étapes de transformation alchimique :

Calcination, dissolution, séparation, conjonction, fermentation, distillation et coagulation.

Cependant, malgré les diverses interprétations disponibles, il semble qu’aucun de ses auteurs ne prétende connaître l’entière vérité.

De plus, les lecteurs sont encouragés à lire le texte et à tenter d’interpréter et de trouver les vérités cachées en eux-mêmes.

Trả lời

Email của bạn sẽ không được hiển thị công khai. Các trường bắt buộc được đánh dấu *